Chaque année en France, 10 millions de tonnes d’aliments consommables sont gaspillés, soit l’équivalent d’⅓ de la production totale. La grande distribution génère à elle seule 14 % de ce gaspillage. Chaque année, ce sont plus de 600 000 tonnes de produits qui sont jetés à cause de leur date limite de consommation trop proche. Une meilleure gestion des DLC pourrait aider les distributeurs à limiter le gaspillage alimentaire. Mais comment mieux traiter les dates courtes ? Nous vous proposons d’explorer trois moyens d’action.

 

Apposer une étiquette sur les produits à dates courtes

dates courtes grande distributionAvant d’être une source d’économie non négligeable, la lutte contre le gaspillage alimentaire est surtout un devoir pour les distributeurs (loi Garot, Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire…). Vous avez donc tout intérêt à développer un plan d’actions anti-gaspillage. Et cela commence par le fait de traiter les dates courtes le plus efficacement possible.

La promotion figure parmi les méthodes les plus simples à mettre en place pour valoriser les produits à dates courtes. Les consommateurs sont friands de ces aliments à prix réduit ; vous optimiserez donc vos chances de les vendre plutôt que de les jeter. Sur le papier, la mise en oeuvre de ces promotions est simple : il vous suffit d’apposer une étiquette signalant une promotion sur les produits aux DLC proches. Vous pouvez le faire directement dans le rayon concerné ou consacrer un rayon spécifique à ces produits à dates courtes.

Le stickage nécessite néanmoins une très bonne gestion des DLC. En effet, il serait dommage d’oublier des aliments périmés en rayon ou de vous apercevoir que leur date de consommation est déjà dépassée, sans avoir eu le temps de les promouvoir. Vous manqueriez une occasion de sauvegarder une partie de votre marge et de diminuer la casse… L’idéal est donc de digitaliser votre traçabilité afin d’assurer une gestion des dates efficiente.

 

Valoriser les dates courtes grâce à une solution dédiée

gérer dates courtesEn moyenne, chaque magasin a mis en place 5,4 actions en faveur de la lutte contre le gaspillage alimentaire. L’une d’entre elles consiste à valoriser les invendus à l’aide de solutions spécifiques. Ces acteurs qui fleurissent sur le marché depuis quelques années ont vocation à aider les commerces de détail alimentaire à réduire leurs déchets. Déstockage, dons à des associations, compost… Toutes les pistes sont explorées pour distribuer les produits à dates courtes afin de leur donner une chance d’être consommés avant péremption.

Ces initiatives sont d’autant plus intéressantes qu’elles s’attaquent à un réel problème de gestion des produits référencés dans la grande distribution. À savoir que 1 % des références (celles qui se vendent le moins bien) sont responsables de 20 % du gaspillage alimentaire ! Dès lors, le recours à des solutions de valorisation des invendus est plus que pertinent pour traiter les dates courtes.

 

Donner les produits à dates courtes à des associations

donner produits à dates courtesDepuis 2016, la loi oblige les GMS dont la surface de vente est supérieure à 400m² à établir une convention avec des associations caritatives. La pratique des dons aux associations est devenue une réalité pour les retailers : 94 % d’entre eux respectent leur obligation de donner les invendus alimentaires. Alors, même si la réglementation autour des produits éligibles reste assez rigide et que le ramassage ne se fait pas encore quotidiennement, les efforts sont remarquables. Notez cependant que, là encore, une excellente gestion des stocks est indispensable ! Mieux vaut se munir d’une solution performante pour assurer une logistique irréprochable.

Source de performance économique, une bonne gestion des dates courtes conférera également à votre point de vente des impacts RSE environnementaux et sociaux plus que positifs. Alors, n’hésitez plus à vous engager sur la voie de l’anti-gaspi !

Marie-Charlotte Violle

Par Marie-Charlotte Violle, le 03/04/2019

Share This